Petit message aux lecteur·rice·s francophones : j’écris généralement les textes d’En Nombre del Lobo en espagnol, pour partager aussi mes réflexions dans ma langue maternelle. Cette fois-ci, à l’occasion de la sortie de mes nouveaux livres en France, j’ai préparé également quelques pages en français pour vous 

Le grand tissu du vivant + immersion dans la jungle d’Amazonie

Dans ce tissu du vivant, qui fonctionne comme un réseau où tout est relié et mêlé, les mouvements des uns ont une influence sur les autres. Chaque plante, chaque animal, chaque être vivant prend place à part égale dans le monde. Nous jouons tous un rôle précis dans cet ensemble, nous participons tous à son fonctionnement, et c’est ça qui est beau.
Par Julieta Cánepa
  • "
Jungle Je suis au monde © Stephane Kiehl
Jungle Je suis au monde © Stephane Kiehl

Le grand tissu du vivant + immersion dans la jungle d’Amazonie

Dans ce tissu du vivant, qui fonctionne comme un réseau où tout est relié et mêlé, les mouvements des uns ont une influence sur les autres. Chaque plante, chaque animal, chaque être vivant prend place à part égale dans le monde. Nous jouons tous un rôle précis dans cet ensemble, nous participons tous à son fonctionnement, et c’est ça qui est beau.
Par Julieta Cánepa
  • "

A une semaine de la sortie de mon nouveau livre, Je suis au monde, je voulais vous faire découvrir un extrait en avant-première.

La Grande Barrière de corail ici, les montagnes, les forêts et les rivières là, les milliers d’espèces et de milieux, les pingouins, les humains, les platanes, tous les animaux et les plantes, les micro-organismes, les liquides, les gaz, les cellules, tout se mêle et cohabite sur une même planète. Comment tout cela tient-il ensemble ?

Lire l’histoire de Je suis au monde ici.

Pour essayer de le comprendre, revenons un instant vers la Grande Barrière de corail. Ce que l’on a observé là-bas est ce que l’on appelle un écosystème, c’est-à-dire un ensemble dynamique composé de tous les organismes vivants partageant un même milieu physique et de toutes les relations qui peuvent se développer à l’intérieur.

Ces liens et relations font l’importance de l’écosystème, qui forme un tout équilibré, autonome et complexe. Il peut être de dimensions très variées : petit comme un arbre mort ou un étang, de taille moyenne comme une forêt ou un récif de corail, grand comme la savane ou le désert – ou même immense comme la Terre, dont on pourrait dire, en élargissant au maximum l’échelle, qu’elle fonctionne comme un gigantesque écosystème.

Un réseau extraordinaire

Voilà ce qui est fascinant dans un écosystème : chaque partie permet à l’ensemble de fonctionner. Chaque partie est essentielle, sans elle rien ne va plus. Chacune donne et reçoit. La plante crée du sucre et libère de l’oxygène que nous respirons et qui nous permet d’être en vie, le ver de terre mastique et relâche la terre, les arbres y poussent, la vache broute l’herbe, nous interagissons, toutes nos actions se mêlent.

Les relations à l’intérieur d’un écosystème peuvent être très variées. Le lien entre le poisson-clown et l’anémone, dans le récif, est l’une de ces relations possibles entre les espèces. Parfois, la survie même d’une espèce dépend d’une autre. La possible disparition des récifs de coraux, qui commencent à blanchir, pourrait déséquilibrer l’ensemble de l’écosystème sous-marin et faire disparaître de nombreuses espèces. Ce serait terrible pour les océans, car 25 % de la population sous-marine habite dans les récifs du monde entier.

Dans ce tissu du vivant, qui fonctionne comme un réseau où tout est relié et mêlé, les mouvements des uns ont une influence sur les autres. Chaque plante, chaque animal, chaque être vivant prend place à part égale dans le monde.

Nous jouons tous un rôle précis dans cet ensemble, nous participons tous à son fonctionnement, et c’est ça qui est beau.


Chaque chapitre de Je suis au monde est accompagné d’une immersion sensible dans un écosystème ou un lieu : nous plongeons dans la Grande Barrière de Corail, nous nous perdons dans la jungle d’Amazonie, nous visitons une ferme dans la campagne française, marchons dans les rues de Barcelone, avant d’aller suivre les traces d’une ourse polaire dans l’Arctique.

Immersion : la jungle d’Amazonie

On va vite, on survole les mers et on se retrouve à l’autre bout du globe, comme si on avait le don de téléportation.

On est au sud de Manaus, en plein cœur de la forêt amazonienne, la plus grande forêt tropicale du monde, qui se trouve en Amérique du Sud. Un gigantesque écosystème qui s’étend sur plusieurs pays : le Brésil, le Pérou, la Colombie, le Venezuela, l’Équateur, la Bolivie, le Surinam, le Guyana et la Guyane française. La biodiversité y est exceptionnellement riche. (La biodiversité est le nom que l’on donne à tout ce qui vit : millions de plantes, animaux, champignons et micro-organismes rencontrés à l’intérieur d’un écosystème.)

L’Amazonie est si vaste et sauvage que chaque année les scientifiques découvrent de nouvelles espèces. Il y aurait 390 milliards d’arbres de 16 000 espèces différentes ! C’est également la terre des communautés indigènes, qui ont vécu ici en harmonie avec leur milieu depuis des milliers d’années.

Je suis au monde - Selva

© Stéphane Kiehl

Comme dans toutes les zones tropicales, il n’y a pas d’hiver en Amazonie ; ce sont les pluies qui marquent les saisons. Les fortes pluies d’avril ont cessé à présent et laissé la place à la saison plus sèche. C’est une bonne nouvelle pour notre aventure : les eaux du fleuve Amazone (le plus long du monde) baissent et laissent à découvert les chemins à l’intérieur de la jungle, qui avaient été submergés.

Nous prenons le chemin de la jungle

On s’est éloignés du village, on a pris une barque, on a abordé un rivage et commencé à marcher. Lentement, on pénètre dans un autre espace, un autre temps. L’air est dense et colle à la peau. Les arbres s’élèvent à des hauteurs incroyables à côté de nous. Des lianes s’enroulent entre les feuilles et forment comme des serpents. Partout, des fougères, du lichen, des plantes à feuilles fines, allongées, rondes. On marche sur une terre brune et humide, foncée de vie. Nos bâtons s’enfoncent dans un matelas de feuilles tendres.

Ici, près du sol, dans ce qu’on appelle le sous-bois, les plantes ont appris à vivre sans beaucoup de lumière. Toutes les pierres et tous les troncs sont recouverts d’une fine couche de mousse verte. En haut, dans la canopée, les cimes des arbres s’entremêlent pour former un toit épais. C’est là que vivent la majorité des espèces parce qu’elles peuvent y trouver de la nourriture et un refuge entre les feuilles. Le soleil qui se glisse entre les arbres dessine un jeu d’ombres et de lumières. Devant nous le chemin se perd entre les palmiers, les noyers et les muscadiers.

On s’arrête un instant. On ferme les yeux. On a le sentiment d’être seuls au milieu de ce labyrinthe, mais c’est tout le contraire, il y a plus de vie ici que nulle part ailleurs. Plus on y prête attention, plus on entend le bruit des insectes, des oiseaux, des singes. Ça vibre de toutes parts. On s’approche d’un grand tronc. On voit bien, de plus près, que cet arbre est plein de vie : peuplé par les fourmis et les termites, habité par les toucans, griffé par les jaguars. Il a commencé à pousser il y a des centaines d’années. Depuis, ses racines plongent dans la terre pour y trouver de l’eau, envoyant au passage des signaux aux autres arbres, ses feuilles se déplient pour aller chercher la lumière du soleil, son tronc pousse vers le ciel.

Dans le vert réside un mystère

Nous poursuivons notre chemin. Nous nous laissons envahir par tout ce vert autour de nous : vert citron, vert pomme, vert émeraude et vert mousse. Dans cette couleur réside un mystère qui est à la base de tout le vivant, de tout ce qui nous entoure, un processus dont on n’a toujours pas percé entièrement le secret : la photosynthèse. La plante a trouvé le moyen de capter la lumière du soleil et de la transformer en pure énergie pour elle. Elle grandit et vit grâce à ces rayons du soleil. La substance qui lui donne sa couleur est celle qui rend cette magie possible : c’est la chlorophylle.

Les plantes mettent chaque jour en pratique cette incroyable invention de la photosynthèse. Pour cela, en plus de l’énergie du soleil et de leur chlorophylle, elles ont besoin d’eau, de sels minéraux et de dioxyde de carbone (ce CO2 qui est au centre de nos préoccupations aujourd’hui et dont nous parlerons un peu plus tard). En transformant ces éléments en aliments, les plantes libèrent de l’oxygène. Ce même oxygène que nous respirons et qui nous permet d’être en vie !

Et c’est là la beauté de notre grand système planétaire. En plus d’accueillir tant d’espèces, la végétation de la jungle aide à stabiliser le climat de la Terre en absorbant de grandes quantités de CO2 et en libérant de l’oxygène. Elle forme ainsi, aux côtés des océans, le poumon de la planète.

Au coucher du soleil

La forêt d’Amazonie fait toujours autant de bruit autour de nous. Si on pouvait prendre de la hauteur et survoler cette jungle qui semble sans fin, on verrait du vert à l’infini, des collines ici et là, les fleuves qui la traversent – et on verrait, au milieu, des points rouges et jaunes d’où s’élèvent des colonnes de fumée. Ce sont des feux de forêt déclenchés par des personnes qui brûlent ces terres pour pouvoir y cultiver des céréales et des légumes, et ainsi nourrir le bétail, au risque de détruire l’Amazonie.

La jungle n’est pas le seul écosystème où notre présence se fait tant sentir. Qu’est-ce que cela dit de notre relation au vivant ? Comment pourrait-on définir celle-ci ?


Ce livre, nous l’avons écrit avec Pierre Ducrozet, il a été illustré par Stéphane Kiehl et il est publié par les éditions Actes Sud Junior.


Plus d’info & d’autres surprises → ici.

Tous les livres ont une histoire. Celle de Je suis au monde commence par une rencontre, deux sacs à dos pleins de questions et un long, long, long voyage. À découvrir → ici.


* Extrait de Je suis au monde adapté au format du blog
** Le grand tissu du vivant a été originalement publié par Libération, dans le cadre de la première édition du festival Agir pour le vivant.
Je suis au monde. Habiter autrement la planète © Actes Sud Junior, 2021

 

Bonjour !

Je m’appelle Julieta Cánepa, je suis écrivaine et directrice artistique. Mon travail prend la forme de livres, d’albums illustrés, d’articles et d’ateliers.

Nouveautés !

Couverture Charlie et le champignon
Couverture Je suis au monde

À lire en français

Ça s’est passé comme ça : histoire d’un livre

Ça s’est passé comme ça : histoire d’un livre

Tous les livres ont une histoire, voici celle de Je suis au monde.
« Ça s’est passé comme ça. Les personnes qui se ressemblent se reconnaissent au premier regard. On s’est reconnus. On est partis en voyage. On est partis vivre à Berlin, à Paris, on est revenus à Barcelone d’où tout était parti, et qui est resté notre quartier général. On a commencé à écrire des livres ensemble. On en lisait, on en écrivait déjà un dans la vie, alors pourquoi ne pas le faire aussi
sur papier ? On a inventé… »

Je suis au monde. Habiter autrement la planète

Je suis au monde. Habiter autrement la planète

« Parfois on oublie. On s’habitue aux choses qui sont devant nous. On finit par ne plus les voir. Qu’ont-elles à nous apprendre ? Comment tous ces éléments si différents s’allient-ils pour former un tout qu’on appelle Terre ? Quelle est notre place dans cet ensemble, et quelle pourrait-elle être ? Pourquoi cette Terre est-elle menacée aujourd’hui et que pouvons-nous y faire ? »

À lire en espagnol

Moment partagé

Festival Agir pour le vivant - Julieta Cánepa

Avec Laure Adler, Laetitia Dosch et Pierre Ducrozet au festival Agir pour le vivant, lors de la journée «La création au coeur de l’action»Regarder la vidéo ici.

D’autres facettes de mon travail à www.julietacanepa.com

Tout sur ce nouveau livre !

Detail Je suis au monde

Tous mes livres

Les Contes du Muséum : Charlie et le champignon

Les Contes du Muséum : Charlie et le champignon

A Charlie le gustaría proteger el mundo de los seres vivos. Pero, ¿qué hacer frente a todo aquello que lo amenaza?

Un día, mientras camina por el Jardin des Plantes, sucede algo increíble. Comienza así una maravillosa aventura, que nos llevará a descubrir los secretos del mundo subterráneo…

Je suis au monde

Je suis au monde

«A veces nos olvidamos. Nos habituamos a las cosas que tenemos delante. Terminamos por no verlas más. ¿Qué pueden estas enseñarnos? ¿Cómo se unen todos estos elementos tan diferentes para formar un todo llamado Tierra? ¿Cuál es nuestro lugar en este gran todo y cuál podría ser? ¿Por qué hoy esta Tierra está amenazada y qué podemos hacer al respecto?»

Ces jeunes qui changent le monde

Ces jeunes qui changent le monde

Algo está pasando. Algo sacude nuestra sociedad y son los jóvenes quienes marcan el paso. Vemos dibujarse un despertar de conciencia ecológica, un deseo imparable de justicia social y de cambio político. Estos jóvenes que cambian el mundo es el retrato de una generación guerrera que lidera movimientos sociales, lleva a cabo acciones increíbles y desarrolla proyectos superambiciosos.

Le livre des métiers imaginaires

Le livre des métiers imaginaires

El libro de las profesiones inventadas es un ejercicio inmenso de imaginación. Un viaje a través de un universo extraordinario, repleto de vida y de poesía, en el que las profesiones de sus habitantes están llenas de fantasía.
Para Úrsula K. Le Guin, «la imaginación es la herramienta singular más útil que posee la humanidad» — estas páginas son una llamada a ponerla en marcha y dejarla volar tan libre como quieras.

À lire en français

Ça s’est passé comme ça : histoire d’un livre

Ça s’est passé comme ça : histoire d’un livre

Tous les livres ont une histoire, voici celle de Je suis au monde.
« Ça s’est passé comme ça. Les personnes qui se ressemblent se reconnaissent au premier regard. On s’est reconnus. On est partis en voyage. On est partis vivre à Berlin, à Paris, on est revenus à Barcelone d’où tout était parti, et qui est resté notre quartier général. On a commencé à écrire des livres ensemble. On en lisait, on en écrivait déjà un dans la vie, alors pourquoi ne pas le faire aussi
sur papier ? On a inventé… »

Moment partagé

Festival Agir pour le vivant - Julieta Cánepa

Avec Laure Adler, Laetitia Dosch et Pierre Ducrozet au festival Agir pour le vivant, lors de la journée «La création au coeur de l’action»Regarder la vidéo ici.

D’autres facettes de mon travail à www.julietacanepa.com

Laisser un commentaire

0 comentarios

Enviar un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Si quieres compartir algo conmigo,
proponerme un proyecto o colaboración,
o simplemente has pasado por aquí y
te apetece decirme hola

¡Escríbeme!

9 + 14 =

Puedes hacerlo también a
hola [arroba] ennombredellobo.com